MFR St Méen

Témoignages

Bac Pro Tcva "Stage de mobilité en Vendée"






Lucie et Mathieu élèves de Première année du Bac Pro Tcva, reviennent ravis de leur stage au camping "Sunelia Interlude" de l'île de Ré. Quatre semaines extraordinaires au sein de la supérette du camping.
Expérience très positive avec une embauche cette été pour l'un des jeunes puisque majeur.
Stage reconduit l'an prochain et ouvert au Bac Pro Sapat.
Affaire à suivre ...

Du Bac pro SAPAT aux études supérieures



Eloïse et Simon sont passés par la MFR de Saint-Méen-le-Grand. Ils sont aujourd’hui, respectivement en formation d’infirmière et d’éducateur spécialisé.

Que vous inspire l’adage des MFR « Réussir autrement »?



Eloïse  : c’est ne jamais être dans la routine durant toute la scolarité. C’est aussi être accompagné par les formateurs qui nous sécurisent lors de nos choix importants.

Simon  : c’est réussir dans un autre cadre, plus « souple », dans lequel l’accompagnement des formateurs est plus individualisé.

En quoi  la MFR a-t-elle répondu à vos attentes ?

Eloïse : Avant mon entrée à la MFR, aucun établissement ne voulait m’accueillir. La MFR a été ma seconde et dernière chance. En plus d’une plus grande ouverture d’esprit, la MFR m’a redonnée goût à la scolarité. J’ai redécouvert l’envie d’apprendre et de persévérer.

Simon : J’ai réussi à avoir mon BAC, avec mention, ce qui était mon objectif premier. J’ai pu découvrir différents terrains d’intervention professionnelle, ce qui m’a très bénéfique pour passer ensuite le concours éducateur spécialisé.

Quels sont  vos souvenirs marquants ?

Eloïse : un Harlem Shake, sorte de chorégraphie musicale, où nous étions tous déguisés, formateurs compris. L’humeur était à la fête en ce dernier jour d’école. Ce que je retiens aussi, c’est la complicité avec nos formateurs, les moments de partage et d’écoute qu’ils ont su nous accorder. Mon quotidien à la MFR est rempli de souvenirs, d’épreuves surmontées, d’émotions et de fous rires.

Simon : En première année, j’étais dans une situation personnelle compliquée à vivre. Je me souviendrai toujours du soutien reçu de la part de mes formateurs et du directeur qui ont été là pour moi. La MFR, c’est aussi être là dans les bons et les mauvais moments ! Je retiens aussi la journée handisport, le stand à la foire de St Méen, les veillées jeux avec les formateurs (foot, palets, Molkky…).

Quelles sont les principales compétences acquises en stage ?

Eloïse : le travail en équipe, la discrétion professionnelle, l’écoute et l’empathie vis-à-vis d’un patient, l’accompagnement d’une personne en fin de vie, le socio-esthétisme, la revalorisation d’une personne malade et plein d’autres compétences.

Simon : la rigueur, la patience, le sens de l’observation, la curiosité, un meilleur positionnement professionnel et un peu de maturité en supplément.

5) En quoi votre formation à la MFR vous aide t-elle aujourd’hui dans la poursuite de vos études supérieures ?

Eloïse : je suis en étude d’infirmière sur Paris depuis début septembre 2014. Les notions étudiées en classe à la MFR et les compétences acquises sur le terrain me sont très précieuses pour mes études actuelles. Mes 3 années à la MFR m’ont rendues plus persévérante. Pour tout cela, je remercie toute l’équipe de la MFR. Même si la formation est difficile et qu’elle nécessite des sacrifices, je m’accroche pour atteindre mon objectif professionnel.

Simon : je suis en première année d’éducateur spécialisé. La formation que j’ai suivie à la MFR m’a permis d’acquérir des connaissances, de prendre du recul sur ma scolarité et sur mes pratiques. Actuellement, je suis en stage dans un ESAT, un terrain que je ne connais absolument pas. Pourtant je m’y adapte rapidement et ça c’est sans aucun doute lié à mon passage en MFR.


Florian, l’apprentissage au cœur de son parcours

Florian a décroché deux CAP .


Peux-tu retracer en quelques mots ton parcours scolaire et tes expériences professionnelles?

J’ai tout d’abord effectué un CAP conducteur routier de marchandises. Puis, j’ai suivi un CAP agent d’entreposage et messagerie par apprentissage à la MFR de Saint-Méen-le-Grand. J’étais apprenti au poste de magasinier pour Microsteel CIMD, entreprise spécialisée dans la fabrication de pièces métalliques pour le secteur de l’aéronautique.

Pourquoi as-tu fait le choix de passer deux CAP ?

J’ai toujours eu pour projet d’être chauffeur- routier. Quand j’ai obtenu mon 1er CAP, je n’avais pas encore 18 ans. J’ai donc choisi de valider un autre CAP afin d’approfondir mes compétences et ainsi mieux préparer mon arrivée sur le marché de l’emploi.

Peux-tu expliquer quelles compétences tu as développé en suivant un CAP agent entreposage et de messagerie ?

J’ai appris à maîtriser toutes les tâches du métier : la réception, le déchargement, le contrôle des marchandises, la mise en stock, la préparation de commandes, l’expédition. Je suis titulaire des CACES chariots 1, 3 et 5.  C’est un plus dans mon métier. Je suis également capable de manier le transpalette manuel, le haillon des camions…

Que retiens-tu de ton passage en Maison familiale rurale ?

J’ai apprécié la disponibilité de mes formateurs qui ont pris le temps de m’accompagner dans ma formation. L’ambiance de la classe a été également un plus pendant ces 2 années. Ma formation m’a permis de compléter mon CV et de trouver immédiatement un CDI chez GES transports LTD à Erbray (44).